samedi 22 février 2014

Le Vieux Pané, il est bon comme le bon vieux temps.


Eh oui il est bon le Vieux Pané, car cette semaine chers lecteurs et chères lectrices nous parlerons de fromages et de bon temps. Attention pas n'importe quel bon temps, le bon vieux temps. Si vous avez regardé le spot TV, vous aurez facilement remarqué la tonalité positive du message et des éléments utilisés pour valoriser ce produit ancestral qu'est le fromage.

Comme d'habitude, les plus grandes inventions résultent d'accidents de parcours. Le fromage n'est en rien une exception. Selon la légende, un nomade du moyen-orient aurait stocké du lait dans une de ses sacoches faîtes à base d'estomac de ruminants (la caillette précisément), et lors de sa traversé du désert, la chaleur, les mouvements de la monture et les résidus d'enzymes eurent tôt fait de transformer le lait en fromage. Difficile de dater cette histoire et sa fiabilité, mais il est de source sûre que le terme "fromage" ne fut créé qu'au XIIème siècle en inversant deux lettres du mot de l'ancien français "formage", littéralement traduit du latin formaticum (ce qui est fait dans une forme). Voilà c'était la minute culture générale...

Revenons au Vieux Pané, cette vidéo datant de 1990 suinte la bonne humeur. En effet, les couleurs sont chaudes, légèrement teintées de jaune, la météo est au beau fixe, les acteurs jouent aux dominos dans une franche rigolade et le tout est commenté par une voix off aux accents faussement du sud... Scènes donc tout à fait Pagnolesques qui témoignent d'une époque heureuse malheureusement révolue. Par ailleurs, certaines affiches tirées de certains spots (comme celle ci-dessous) possèdent tous les codes des natures mortes (bon ok la main en moins...), nous plongeant directement dans une ambiance d'antan, gourmande et chaleureuse. D'ailleurs, à peu de choses près, cette scène ressemblerait presque à l'oeuvre de Sébastien STOSKOPFF, les fruits en moins.

Ainsi, notre Vieux Pané, il est bon comme le bon pain, le bon pain d'autrefois que notre boulanger faisait de A à Z, de ses propres mains. Une époque où les petits métiers dominaient, où les choses étaient simples car chacune avait une place. Si nous voulions du poisson, direction chez le poissonnier, de la viande ? Direction chez le boucher. Une époque assurément plus simple que la notre car non envahie pas la grande distribution et sa consommation de masse. Une époque où l'on devait forcément entrer en relation si nous éprouvions un besoin, où nous communiquions avec nos voisins, nos artisans et où chacun se connaissait. Un véritable pied de nez donc à notre époque, chronophage et individualiste où l'autre est un intrus, un inconnu nous faisant peur car potentiellement dangereux (logique puisqu'on ne le connaît pas). Et puis, pas le temps de le connaître ! Les courses, les enfants, le travail (quand on en a), Pôle Emploi, Internet, les jeux en ligne, Facebook et les mails qu'il fallait lire hier et que l'on a pas encore lu...




Le pain était sûrement meilleur avant, comme au bon vieux temps où la vie était meilleure du moins à ce qu'on en pense. Le Vieux Pané surfe littéralement sur ce stéréotype. Comment faire percevoir aux consommateurs la qualité d'un produit si ce n'est le rendre authentique, fait artisanalement et donc avec de bons ingrédients et d'un bon tour de main. La marque est allée jusqu'à sortir un jeu de sept familles où chacun des membres est un artisan, vantant ainsi le mérite de son produit et respectant sa ligne de conduite communicationnelle. Malheureusement, cet artifice ne dure que jusqu'à ce que l'on consomme effectivement ce fromage tout à fait industriel. Même s'il est bon gustativement (enfin moi j'aime bien), il ne peut être comparé à un fromage issu de chez un véritable fromager, avec plus de corps, de caractère et moins de conservateurs... Non, définitivement, le bon vieux temps n'est qu'une illusion qui ne dure qu'un instant. L'instant de la rêverie, du fantasme que nous souhaitons éprouver mais qui restera derrière nous jusqu'à ce qu'un stimulus nous ramène à la réalité. Face à la dureté des circonstances présentes, le vieux temps est forcément bon car on l'aime à se le représenter ainsi. Et ce n'est pas Gérald GRIFFIN qui me contredira...

"Oh ! bon vieux temps reviens ! oh ! reviens bon vieux temps !
           Si plein de soleil, de jeunesse,
Et que j’entende encor ces cardions charmants
Qui de Pasque à mon cœur annonçait la liesse,
Mais en vain verserais tous les pleurs de mes yeux.
En vain je pousserais des soupirs jusqu’au cieux.
           Il ne reviendra plus je pense
           Le bien aimé de mon enfance,
           Le vieux temps ! ô le bon vieux temps !"

Extrait "Le bon vieux temps", XIXème siècle.


Pour aller plus loin :
http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=fromage_nu#le-fromage-au-fil-du-temps
www.ina.fr
http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=152&pChapitreId=23405&pSousChapitreId=23408&pArticleLib=Nature+morte+aux+assiettes+et+aux+fruits+%5BSTOSKOPFF+S%E9bastien-%3ESTOSKOPFF+S%E9bastien%5D

2 commentaires:

  1. Toujours aussi bien documenté... Un plaisir à lire!

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi, ton comm me fait aussi un grand plaisir !

    RépondreSupprimer